Courses hippiques et paris en ligne : qui est le vainqueur du confinement ?

Courses hippiques et paris en ligne : qui est le vainqueur du confinement ?

by jp, 15 avril 2020

Depuis le 17 mars, les courses hippiques françaises sont à l’arrêt. La très grande majorité des compétitions sportives ont été annulées dans de nombreux pays. En quelques jours, l’ensemble des parieurs qu’ils soient hippiques ou sportifs ont été privés du virus du jeu au profit d’un autre beaucoup plus meurtrier : le COVID 19.

Pourtant, le nombre de joueurs en ligne a explosé durant ces dernières semaines. Mais quel est donc le grand gagnant du confinement ?

 

Comme de nombreux secteurs économiques touchés par les mesures de fermeture, le monde des courses s’est retrouvé au tapis. Il avait gardé un petit espoir, au début de la crise du coronavirus alors que les courses se disputaient à huis clos. Mais très vite, les raisons sanitaires ont plongé l’ensemble des paris français (hippiques et sportifs) dans un profond sommeil. Leurs points de vente fermés et ce jusqu’au moins la mi-juillet, le PMU et la Française des Jeux ont fait une croix sur leurs recettes.

Mais très vite, les opérateurs hippiques ont réagi en transposant leurs réunions sur quelques courses étrangères. Ainsi le Quinté du jour va se courir à Hong-Kong sur l’hippodrome d’Happy Valley. D’autres courses sont disputées en Australie ou encore en Suède. Du côté des paris sportifs, la Biélorussie continue à organiser des matches de football. L’annulation de la majorité des courses et des matches a provoqué d’une semaine à l’autre, une baisse de chiffre d’affaires de près de 90% chez les bookmakers en ligne.

200 000 joueurs en ligne de plus pendant le confinement

Face à cette offre minimaliste, les parieurs n’ont pas baissé pavillon. Bien au contraire, suivant le Président de l’ARJEL (Autorité de Régulation des jeux en Ligne), les comptes de joueurs ont explosé grâce au Poker en ligne. C’est inédit ! « Essentiellement, ce sont des reports des parieurs sportifs qui, ne trouvant pas de compétitions, se sont reportés vers le poker. Il y a sans doute aussi des joueurs novices… », a confié Charles Coppolani à Yves Calvi ce matin sur RTL. Le confinement a boosté ce report mais aussi les dépenses des parieurs.

« En début d’année, il y avait par semaine 300 000 comptes joueurs qui se connectaient. En ce moment, il y en a plus de 500 000. Il y a, en même temps, une augmentation de la dépense, en moyenne par semaine, les joueurs de poker dépensent environ 5 millions d’euros et nous en sommes à 15 millions actuellement… », s’inquiète Charles Coppolani.

Quel horizon pour le retour des courses hippiques ?

Lundi soir, le Président de la république a fixé un cap, celui du 11 mai. Une lueur d’espoir pour les institutions hippiques. Dès le lendemain de l’allocution, France Galop et le Trot ont pris acte du prolongement du confinement tout en travaillant sur un retour à l’activité.

« Avant la suspension des courses, la filière avait démontré sa capacité d’organiser des réunions, fermées au public, avec un excellent niveau de prévention des risques de propagation du virus… », rappelle le communiqué commun.

Un calendrier Premium de courses se déroulant à huis clos pour le mois de mai prochain est donc en voie de finalisation.

Le dicton veut qu’en « Mai, fais ce qu’il te plaît ! ». Il est certain que les turfistes attendent de ce mois du muguet, de faire ce qui leur plaît et notamment…de pouvoir parier à nouveau aux courses hippiques !

 

 

No Comments


    Laisser un commentaire

    Votre adresse mail ne sera pas publiée RLes champs requis sont marqués *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.